Pages

dimanche 12 janvier 2014

Les écueils de la généalogie de ma femme

Lorsque j'ai ouvert ce blog, j'envisageai d'évoquer particulièrement le Poitou, principalement la Vienne. Ceci venant essentiellement parce que mes propres ascendants sont centrés sur cette région, comme je vous l'avais montré il y a quelques temps.

Comme j'apprécie les défis en tout genre quand il s'agit de chercher des filiations, j'ai tout naturellement entrepris de rechercher les ascendants de ma femme.



Les écueils de la généalogie de ma femme.

Sophie propose ce mois d'évoquer une épine généalogique. Terme amusant : j'ai toujours considéré que le mot "arbre" généalogique ne reflétait pas correctement la vision que l'on peut avoir de ses ancêtres. Je lui préfère le terme de "buisson" généalogique, constitué de branches qui se croisent, qui montent et qui descendent. Et dans les buissons, ben, il y a des épines. Dans le buisson de Camille et Mathilde (mes filles), il n'y a pas qu'une épine : c'est un sac de ronces.

Laissez-moi vous présenter les choses :











Ali
Grouci
?
Marcelle
Yvonne
Schmitter
1924
















mon
beau-
père
ma
belle-
maman












ma
femme

Première épine. Ma femme a la particularité d'avoir deux pères : l'un est biologique, l'autre est légal. D'un point de vue généalogique, je suis partagé entre ces deux filiations. Je n'ai toujours pas tranché. J'ai du mal à établir un contact avec le premier, le second m'a emmené de Rouen (Seine-Maritime) jusque dans l'Yonne et dans le Calvados. Cependant, je reste sur ma faim.

Deuxième épine. Le grand-père maternel de ma femme, Ali Grouci, était algérien. Lui et Marcelle Schmitter ne se sont jamais mariés, je n'ai donc aucun acte, aucun livret de famille. J'ignore où il est né, je sais cependant qu'il est décédé à Oran en mai 2007.



Reste donc l'ascendance de la grand-mère maternelle de ma femme.

François
Antoine
Schmitter
1825-
1902
Joséphine
Münch
1831-
1908
Jacques
Vanlierde
?-
?
Pélagie
Vanhaelter
~1834-
?
François
Teissèdre
1828-
1889
Élisabeth
Bergognon
1832-
?
Guillaume
Brunel
1839-
?
Marguerite
Lamy
1850-
?



Eugène
Gustave
Schmitter
1859-
1929
Berlinde
"Pauline"
Vanlierde
1875-
?
Jean-
François
Teissèdre
1862-
1948
Jeannette
Virginie
Brunel
1876-
?




Maurice
Eugène
Schmitter
1900-
1985
Clémentine
Félicie
Teissèdre
1901-
?












Marcelle
Yvonne
Schmitter
1924




Née à Paris, la grand-mère de ma femme avait l'opportunité d'être issu de personnes multi-régionales. Et c'est le cas. Et ça me change d'effectuer des recherches sur plusieurs régions, étant personnellement habitué au seul Poitou pour mon ascendance.



Ma femme, auvergnate.

L'acte de naissance de Marcelle, née hors mariage à Paris-20e, me donnait sa mère et l'origine de cette dernière, particulièrement précis : Clémentine Félicie Teissèdre naquit le 24 avril 1901 à Neuvéglise, dans le Cantal. Lorsque les archives du 15 furent en ligne, je me fis une joie d'entreprendre des recherches sur cette aïeule.

Le père, Jean-François Teissèdre, marchand de vins en 1891, habita à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) en 1894, fut charretier rue Bichat puis rue Lally-Tollendal (Paris) en 1900, électricien en 1901, et enfin employé de la ville de Bondy en 1927. Il était natif de Nasbinals, en Lozère, et son ascendance est la plus complète en ce qui concerne ma femme : non seulement ses aïeuls sont tous natifs de cette ville (ou de Marchastel, commune voisine), mais de plus, sa généalogie est la plus représentée sur les sites généalogiques en ligne (Geneanet, etc.), qui me servirent lorsque je calais. Je tiens à en remercier chaque intervenant, qui par nos échanges, m'ont permis de compléter cette famille.

Jacques
Teissèdre
1758-
1834
Catherine
Vaissade
1765-
1830
Jacques
Veyron
1762-
1804
Jeanne
Charbonnier
1765-
1834
Jean
Bergognon
1730-
1807
Marie-
Anne
~1734-
1822
Jean-
Pierre
Disdaret
1772-
1818
Antoinette
Brioude
~1768-
1834



Antoine
Marcel
Teissèdre
1799-
1873
Marie-
Jeanne
Veyron
1793-
1864
Jean-
Pierre
Bergognon
1780-
?
Catherine
Disdaret
1799-
1878





François
Teissèdre
1828-
1889
Élisabeth
Bergognon
1832-
?












Jean-
François
Teissèdre
1862-
1948




Marc Antoine Charrier
La généalogie de cet aïeul est bien trop vaste pour être précisé dans cet article que je veux plus général. Toutefois, je me tiens à disposition si vous vouliez des précisions supplémentaires.
Par ces ancêtres de Nasbinals, ma femme a deux personnalités locales comme cousin généalogique. Le premier, Marc Antoine Charrier, baptisé le 25 juillet 1755 à Nasbinals, était le fils d'Antoine Charrier et de Marie Valette. Notaire, il fut élu représentant du tiers-état au États généraux de 1789 (voir le site de l'Assemblée Nationale). Fervent royaliste, il fut à l'origine d'une fronde contre la révolution, ce qui le mena à la guillotine, exécuté à Rodez le 17 juillet 1793. Son histoire a été précisé par Marie Luxembourg, dont vous pouvez retrouver l'article ici.
Pierrounet de Nasbinals
Le second personnage, plus pittoresque, s'appelait Pierre Brioude (1832-1907). Connu sous le sobriquet de Pierrounet, son portrait est dressé par Félix Buffière et repris ici. Il était connu pour être un fameux rebouteux, particulièrement efficace. Accusé de pratiquer la médecine illégalement, il soigna, devant le juge, un agneau qui marchait sur trois pattes, et fut blanchi par la suite. Il acquit une réputation internationale, soignant même des américains et des canadiens de passage. A sa mort, les habitants de Nasbinals, atterrés, dirent : "De que faroù lou monde, aro que Pierrounet est mort ?" (Que feront les gens, maintenant que Pierrounet est mort ?" (voir à ce propos ce site très bien fait).



Dans l'ascendance purement auvergnate de ma femme, mes recherches m'ont conduit de Neuvéglise à Chaudes-Aigues, Alleuze et Anterrieux :

Durand
Brunel
~1753-
1828
Catherine
Vigouroux
?-
?
Jean
Teissèdre
1764-
?
Antoinette
Chassang
1772-
1815
Jean
Lamy
1785-
?
Monique
Hermain
1786-
1822
Étienne
Murat
1787-
?
Marguerite
Vacheresse
1792-
1832



Géraud
Brunel
1797-
1868
Marie-
Jeanne
Teissèdre
1800-
1866
Jean
Lamy
1812-
?
Marguerite
Murat
1824-
?





Guillaume
Brunel
1839-
?
Marguerite
Lamy
1850-
?












Jeannette
Virginie
Brunel
1876-
?




Mes recherches ne vont guère plus loin. Je n'ai pas trouvé le mariage de Durand Brunel et de Catherine Vigouroux, dont les enfants naissent entre 1792 et 1807 à Chaudes-Aigues.
Les Teissèdre, originaires d'Anterrieux, ne se rattachent pas à ceux de Nasbinals. Jean Teissèdre, fils de Guillaume et d'Agnès Pouget, et Antoinette Chassang, fille de Pierre et d'Antoinette Daniot, se marièrent le 16 février 1791 à Neuvéglise. Je coince au niveau de la génération antérieure :
  • Guillaume Teissèdre et Agnès Pouget eurent des enfants baptisés entre 1754 et 1764 à Anterrieux, et je n'ai pas trouvé leur mariage. Le premier, né vers 1736, mourut le 13 floréal de l'an IX à Anterrieux, la seconde, née vers 1728, fut inhumé le 15 novembre 1788 au même lieu.
  • Pierre Chassang, né vers 1738 et époux d'Antoinette Daniot, fit baptiser ses enfants, en 1769 et 1772, à Neuvéglise, où il mourut le 2 février 1813.
Concernant l'ascendance de Jean Lamy, mes recherches à Neuvéglise s'arrêtent ainsi :

Pierre
Lamy
Catherine
Vigier


Jean
Hermain
Marie
Mijoule
Jean
Géraldon
Hélis
Coulomb



Jean
Lamy
Jeanne MagotGuillaume
Hermain
Jeanne
Géraldon





Jean LamyMonique Hermain












Jean Lamy



Et celle de Marguerite Murat, également à Neuvéglise :



Jean
Roulliac
Isabelle
Gaillard


Géraud
Trousselier
Florette
Albert



Pierre
Murat
Antoinette
Roulliac
Robert
Vacheresse
Agnès
Trousselier





Étienne
Murat
Marguerite
Vacheresse












Marguerite
Murat




Clémentine Teissèdre laissa sa fille à son père biologique, Maurice Eugène Schmitter, et se maria, en 1927, à Louis Georges Burton, conducteur de bestiaux, natif de Paris-19e, puis, en 1939, Hector Joseph Vercoulie. Ce qui m'amène à parler de l'ascendance paternelle de la grand-mère de ma femme.



Ma femme, alsacienne, allemande.

L'arrière-grand-père de ma femme, Maurice Eugène Schmitter, était plombier en 1927 et aide-cuiseur en 1947. Il naquit le 14 septembre 1900 à Paris-10e, hors mariage d'Eugène Gustave et de Pauline Vanlierde.
J'avoue avoir longtemps calé sur sa filiation, jusqu'à ce que j'adresse un courrier à la mairie de Bondy, où la réponse d'une sympathique employée m'apporta une réponse tant attendue : Eugène Gustave, décédé le 25 février 1929 à Bondy, était originaire de Strasbourg, étant né le 4 décembre 1859. À partir de là, la recherche fut facile, la mise en ligne des archives du 67 ayant été réalisée.

Une autre épine. La mère d'Eugène Gustave, Joséphine Münch, naquit le 5 janvier 1831 à Strasbourg, de père inconnu. Sa mère, Caroline Münch, était née le 20 brumaire de l'an XII en la même ville, et était la fille de Marie-Anne Münch, également de père inconnu. Heureusement, à chaque acte, la mention de l'origine de la mère me permettait de passer de génération en génération. Finalement, Marie-Anne Münch était la fille de Jean-Baptiste, militaire et capitaine de vaisseau, et de Marie-Anne Haessler. Elle fut baptisée le 23 juin 1780, à Voegtlinshoffen, dans le Haut-Rhin. Mes recherches s'arrêtent là, les registres paroissiaux du 68 n'étant pas encore en ligne.

François Antoine, qui avait épousé Joséphine Münch le 9 octobre 1852, était le fils d'André et de Catherine Marguerite Beÿblé. Sa filiation s'établit comme suit :

Jean-
Georges
Schmitter
Suzanne
Brendler
?-
1784
François-
Michel
Widemer
?-
1774
Barbe
Eisenschmidt
~1718-
1798
Jean
Beÿblé
~1702-
1772
Magdeleine
Garreau
~1706-
1776
Jacques
Schmitter
?-
1788
Marguerite
Hoffherr
1718-
1761



André
Schmitter
1748-
1809
Marie-
Élisabeth
Widemer
1754-
1814
Paul
Antoine
Beÿblé
1736-
?
Catherine
Schmitter
1749-
?





André
Schmitter
1779-
1826
Catherine
Marguerite
Beÿblé
1781-
?












François
Antoine
Schmitter
1825-
1902




Je m'aperçus que les recherches dans ce secteur présentait une difficulté majeure par rapport aux recherches dans le Poitou ou autres lieux : les actes paroissiaux étaient en latin ! Une fois passé ce premier écueil, et grâce aux tables des actes (très précis !), on finit par établir ces filiations. Et Strasbourg, lieu d'échange entre la France et l'Allemagne, confère alors une dimension internationale au buisson de Camille et de Mathilde.

Voici mes bouts de branche :
  • Jean-Georges Schmitter était le fils de Mathieu et d'Appoline Gerber. Il avait épousé, le 27 janvier 1738, en la paroisse Saint-Marc de Strasbourg, Suzanne Brendler, fille de Jean et de Marie Lindernämer. Mathieu était mercier de Suntswir, identifiée par Roseline Skott (que je remercie !) comme étant la paroisse de Zunsweier, près d'Offenbourg. Jean Brendler était tailleur de Major Stuningua, ou Stuningem, paroisse restée non identifiée à ce jour. Si vous avez des idées, je suis tout ouï.
  • François Michel Widemer, inhumé le 13 août 1774 à Saint-Marc de Strasbourg, était le fils de Jean et de Marie Brichler, et était originaire de Windschläg (Offenbourg). Il avait épousé, le 8 janvier 1742, à Saint-Marc de Strasbourg, Barbe Eisenschmidt, née vers 1718 et morte le 28 frimaire de l'an VII, au n°28 rue des Bouchers de la dite ville, celle-ci étant la fille de Jean et d'Anne-Marie Abbach. Elle était originaire de Bavière.
  • Jean Beÿblé, né vers 1702 et inhumé le 10 août 1772 à Saint-Pierre-le-Vieux de Strasbourg, avait épousé, le 10 mai 1732, audit lieu, Magdeleine Garreau, née vers 1706 et inhumée le 17 août 1776 en la même paroisse ;
Vous l'avez remarqué, on retrouve le patronyme Schmitter dans cette branche maternelle de François Antoine Schmitter. C'est la seule de ses aïeuls à venir d'un autre lieu que Strasbourg. Paul Antoine Beÿblé avait épousé, le 30 juin 1772, à Saint-Marc de Strasbourg, Catherine Schmitter, fille de Jacques et de Marguerite Hoffherr : ceux-ci venaient de la paroisse de Dingsheim, au nord-ouest de Strasbourg. Catherine y fut baptisée le 26 août 1749, ses parents s'étant mariés le 2 juin précédent. Marguerite Hoffherr, baptisée le 19 septembre 1718 et inhumée le 24 avril 1761, était la fille Jean et de Christine Erb, qui eurent des filles entre 1716 et 1722, toutes baptisées à Dingsheim. Jacques Schmitter, inhumé le 21 décembre 1788 à Dingsheim, avait épousé, en secondes noces, Magdeleine Schmitt, le 9 janvier 1764. Il était le fils de Jean-Georges et d'Anne Ursule Eschbach et natif d'Ichenheim. Y-a-t'il un implexe quelque part ? J'en suis sûr, mais on passe de l'autre côté de la frontière,  en Allemagne, où je suis totalement aveugle.



J'interromps un instant l'évocation des ronces pour vous décrire cette famille Schmitter de Paris. François Antoine, qui fut agent de police puis employé au chemins de fer (chef d'équipe à Epernay dans la Marne en 1874), puis migrant à Paris, avait épousé Joséphine Münch le 9 octobre 1852 à Strasbourg, où tous leurs enfants sont nés. Ils sont morts tous les deux en cette ville, le premier le 28 juin 1902 et la seconde le 18 septembre 1908, ayant eu de leur union :
  1. Julie Joséphine, blanchisseuse, naquit le 1er avril 1854, était blanchisseuse lorsqu'elle épousa, le 9 février 1878, à Paris-19e, Joseph Suss, menuisier, fils de Léopold et de Catherine Haffner, son compatriote alsacien. C'est la seule branche dans lequel j'ai établi un contact avec un descendant.
  2. François Antoine, lieutenant au 9e régiment d'infanterie puis au 113e, fut reçu Chevalier de la Légion d'Honneur. Il avait épousé, le 2 octobre 1893, à Paris-16e, Élise Gabrielle Deflubé, fille d'Émile Emmanuel et d'Adeline Euphémie Defèvre.
  3. Caroline Bertha, repasseuse, née le 7 novembre 1856, épousa, le 10 janvier 1874 à Épernay, Joseph Edmond Blanchard. Leur petite-fille, Jeanne Marie, biscuitière, sera la première épouse de Maurice Schmitter, l'arrière-grand-père de ma femme.
  4. Eugénie Louise, née le 16 juillet 1858 et décédée le 28 mars 1859.
  5. Eugène Gustave, donc. Il avait épousé, en premières noces, le 27 juin 1891, à Paris-10e, Marie Élisa Schmidt, veuve de Philippe Ritter.
  6. Edmond Jules, aiguilleur aux chemins de fer, né le 19 novembre 1861, épousa, le 19 janvier 1886, à Paris-19e, Catherine Biven, doreuse et blanchisseuse originaire de Montenach (Moselle).
  7. Émile, comptable, né le 21 janvier 1866, fut le seul à se marier dans sa région d'origine : le 20 janvier 1893 à Illkirch-Graffenstaden, Émilie Erb, fille de Jean-Michel et d'Anne Marie Walter.
  8. Eugénie, née le 4 novembre 1867, dont je n'ai pas retrouvé la trace.



Ma femme, belge.

Si vous trouvez qu'il y a assez d'écueil comme ça, je vais encore vous décevoir en vous parlant de la dernière filiation : celle de Pauline Vanlierde, mère de Maurice Eugène Schmitter.
Lorsqu'il naquit, Pauline et Eugène Gustave n'étaient pas mariés, mais l'étaient en 1927. Une aide précieuse me vint d'une bénévole du fil d'Ariane du 93, que je remercie grandement. Elle me donnait le recensement de 1911 du n°37, Grande-Rue, au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis), où la famille Schmitter avait vécu :
  • Eugène Schmitter, né vers 1860 à Strasbourg, chef de famille, charretier chez "Le Béarnais" ;
  • Pauline Schmitter, née vers 1875 à Saint-Gilles, épouse, lingère, patronne ;
  • Pélagie Vanlierde, née vers 1834 à Saint-Gilles, belge, belle-mère, sans profession ;
  • René Pappens, né vers 1897 à Paris, beau-fils, employé chez "Gladiator" ;
  • Yvonne Pappens, née vers 1895 à Paris, belle-fille, cloueuse chez "Colin" ;
  • Marcelle Schmitter, née vers 1903, au Pré-Saint-Gervais, fille, sans profession ;
  • Maurice, né vers 1900 à Paris, sans profession ;
On retrouve Maurice Schmitter, l'arrière-grand-père de ma femme. Sa soeur, Marcelle, portant le même prénom de sa fille, fut l'épouse d'un Laverny, et témoignait sur l'acte de décès d'Eugène en 1929.
Les 3 autres personnes me posaient alors un grave problème : les deux Pappens ne m'étaient pas inconnus. Lorsque je cherchais des Schmitter et des Vanlierde en faisceaux larges dans les tables décennales de Paris (il y en a beaucoup, de tables !), j'avais relevé le mariage suivant :
  • Paul Augustin Léonard Pappens, mécanicien au 58, rue du Faubourg Saint-Martin, épousa, le 14 octobre 1893, à Paris-19e, Berlinde Vanlierde, née le 12 octobre 1875 à Bruxelles, fille de Jacques, journalier à Bruxelles, et de Pélagie Vanhaelter, blanchisseuse à Paris.
Quelle surprise étonnante et pardonnez-moi le pléonasme ! J'avais également relevé les enfants du couple Pappens/Vanlierde :
  1. un garçon né sans vie le 10 avril 1894 à Paris-10e.
  2. Yvonne Jeanne Léontine, née le 5 novembre 1895 à Paris-10e et morte le 30 décembre 1986 à Limeil-Brévannes (Hauts-de-Seine), épousa, son cousin germain, Gustave Paul Guyot, fils d'Eugène Nicolas et de Marie-Louise Vanlierde (soeur de Berlinde).
  3. René Paul Léonard, né le 27 juin 1897 à Paris-10e et décédé le 31 janvier 1994 à Boissy-Saint-Léger (Hauts-de-Seine), était mécanicien lorsqu'il épousa, le 20 avril 1921, aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Lucienne Constance Vaternelle, fille d'Eugène Albert et de Julie Jeanne Chastang.
Pour faire court, Pauline = Berlinde !

Comment passer d'un prénom à l'autre, quand on manque d'éléments. Ma chance — elle a beaucoup servi à ce moment-là — a été d'avoir trouvé le mariage de Berlinde avant d'avoir les informations du recensement de 1911. Ça, ce fut une épine qui fut retiré du pouce assez rapidement !

Nouvelle épine toutefois. Mes recherches s'arrêtent au couple Vanlierde/Vanhaelter. S'ils ont une autre fille, Marie-Louise, née le 20 août 1872 à Bruxelles et décédée le 18 avril 1945 à Limeil-Brévannes, qui avait épousé, le 21 juillet 1889, à Paris-19e, Eugène Nicolas Guyot, j'ai appris, d'après l'acte de naissance de Berlinde, grâce au fil d'Ariane, que Jacques Vanlierde était natif de Michelbelke (en Flandre Orientale), et Pélagie Vanhaelter, née vers 1834 à Velzeke-Ruddershove (également en Flandre Orientale). J'ai visionné, depuis qu'elles sont en ligne, les archives de Bruxelles, et je n'ai pas découvert leur mariage, qui a pu avoir lieu n'importe où.



8 commentaires:

  1. Que de découvertes, au-delà de ces épines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Comme je ne suis habitué qu'au seul Poitou (avec débordement dans les Mauges et en Charente), pour mon ascendance, réaliser l'ascendance de ma femme devient une belle aventure.

      Supprimer
  2. Je suis impressionnée! Que d'épines! C'est plus un roncier qu'un buisson! Mais ces épines font la joie des généalogistes, que d'ennui si les arbres étaient trop lisses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord. J'essaie d'être minutieux et attentif sur mes ancêtres (recherche de descendants, témoins, actes notariés). Pour l'arbre de ma femme, il s'agit plutôt d'un travail global, on verra ce que je trouve.

      Supprimer
  3. Bou DIou! Quelle histoire, quels mélanges. Une petite idée? Bien qu'il me semble que vos recherches soient pointues, Saint Gilles est une des dix-neuf communes de Bruxelles qui est uniquement le cœur de la ville, il peut y avoir des mariages, décès et autres dans les autres communes. Pélagie Vanlierde et sa fille (si j'ai bien suivi) Pauline Schmitter sont nées à cet endroit.La commune est bilingue et comme cette personne semble provenir de Flandres Orientale, les actes devraient être en flamand. Juste histoire d'ajouter un peu de piment.
    Bon courage. Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. En fait, le recensement de 1911 commet quelques erreurs. Pauline Schmitter (née Vanlierde) est née à Bruxelles : j'ai son acte de naissance. Pélagie Vanlierde (née Vanhaelter), dite de Saint-Gilles, est en fait née à Velzeke, comme l'indique l'acte de naissance de Pauline de 1875, plus précis que le recensement de 1911.

      Supprimer
  4. Meziane Grouci20 mai 2014 19:10

    Je peux te donner quelques renseignements à propos de Ali Grouci car ile est mon cousin.
    Effectivement il est décédé à Oran à la date citée.
    Il est né en Kabylie en 1922 dans un village nommé Ighil Bouzrou à une dizaine de kilomètres de Tizi Ouou.Son père s'appelait Arezki et sa mère Hammama et sont enregistrés à la mairie de la commune mixte de Fort National de l'époque coloniale.
    Ali avait un frère appelé Ahcène décédé en 1957 à Béni Douala.
    Ali a eu six enfants et en regagnant l'Algérie à l'indépendance ,il ramena les trois ainés:Yasmina,Malika et Ahcène (dit aussi Alain) et laissa les trois filles cadettes à leur mère (je ne connais pas leurs noms).
    Actuellement les trois ainés vivent en France et ont du certainement contacter leur maman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Ma belle-mère est l'une des trois filles restées en France. On peut échanger des infos en directes, mon email est disponible en haut. Merci, à bientôt, Sébastien

      Supprimer