mercredi 24 avril 2013

Ufologie poitevine

Si mes cousins m'étaient comptés

Il est né le 7 avril 1909, à Payroux (Vienne), du mariage d'AUGUSTIN GRUGEAU, et de MARIE-JULIETTE VERGEAU. Ses parents lui donnèrent les prénoms de ROBERT JOSEPH.
Fils de facteur, il commence dans la vie active comme surnuméraire aux PTT en 1927, se marie, en 1930, puis, finalement, quitte son poste en 1943 pour se consacrer à sa passion. Il publie huit ouvrages de fiction (entre 1942 et 1946) sous le pseudonyme de ROBERT SAINT-SAVIOL, puisant ce nom dans celui du village qui a vu mon père et mon grand-père naître. Puis il se lance dans des scénarios de bandes-dessinées de science-fiction, qui aboutiront à la création du personnage d'Atomas.
C'est aussi en 1942 qu'il se choisit un nom de plume (qu'il prendra définitivement à partir de 1962), inspiré lui-aussi d'un village du sud de la Vienne, qui sera son lieu d'habitation : ROBERT CHARROUX.


un Dogū, considéré par
certains comme
des statuettes
d'anciens astronautes
Après la guerre, il s'oriente vers le journalisme et devient photo-reporter. Il refuse la routine : à l'origine de l'office du tourisme de Charroux dans les années 1950, il fonde en 1956 le Club International des Chercheurs de Trésors, puis publie son premier best-seller en 1962 sur les trésors du monde. Il fut champion d'athlétisme (400 m), plongeur sous-marin, chercheur de trésor, globe-trotter, journaliste, archéologue, producteur à la RTF du Club de l'insolite. etc.

A travers ses recherches, il pressent qu'une vérité cachée existe quant aux origines de l'humanité. Il passe les dernières années de sa vie à publier des essais, bâtissant la théorie des "Anciens Astronautes". Il s'éteint le 24 juin 1978, à Charroux.

Un petit mot sur ses théories, souvent attribuées à Erich von Däniken : d'après lui, quelques artefacts anciens ou de signes montrent qu'il a eu, dans une époque très ancienne, un contact entre l'humanité et une civilisation extra-terrestre. Après ses derniers écrits, il connut une renommée mondiale, parmi notamment tous les chercheurs autodidactes et les amateurs d'ésotérisme.

On adhère, ou pas.


Peintures rupestres de Val Camonica,
représentant des "visiteurs extraterrestres"
Personnellement, je suis un peu sceptique, même si ça demande à se vérifier. Je suis tout de même assez fier de compter parmi mes cousins cette célébrité locale : 13 couples en commun au dernier comptage (la filiation ci-dessus est l'une parmi d'autres).













Source : notamment la page Wikipédia de Robert Charroux.

1 commentaire:

  1. Dans les années 70, les extraterrestres s'invitaient aux infos tous les soirs. A table nous mangions dans des soucoupes volantes. Tout contribuait, les feuilletons, les infos, la littérature, les témoignages...
    Je ne sais pas ce qui peut expliquer à la fois cet engouement et sa disparition ?
    ET est retourné maison...
    Ceci dit, il nous reste pas mal de guérisseurs dans le Poitou (ça m'avait déjà époustouflée il y a 30 ans en arrivant), pas toujours plus dangereux,et aussi chers que toutes les spécialités à pathes qui fleurissent, naturo, physio, ostéo, psycho...;-)

    RépondreSupprimer