Pages

mercredi 17 avril 2013

Ovidés volés (1882)

Le 10 janvier 1882, au matin, le sieur Audebert, fermier au village des Cartes, commune de la Villedieu-du-Clain (Vienne), s'apprête à amener ses bêtes au champ lorsqu'il découvre qu'on lui a volé 30 moutons, sur les 38 qui composent son troupeau.

Le brigadier de la gendarmerie de la Villedieu se met aussitôt en quête du malfaiteur. Son intelligence et son pugnacité ne tarde pas à la mettre sur la piste de Charles Bellebeau, fermier de Gizay, qui habite à 3 kilomètres d'Audebert : après avoir suivi les traces laissées par les animaux, le gendarme retrouve chez Bellebeau 18 moutons provenant du troupeau disparu. Les 12 bêtes manquantes viennent juste d'être vendues à la foire de Couhé.

Bellebeau craque devant le tribunal et avoue son larcin. Il ne pensait pas à mal, mais se devait de nourrir ses six enfants, qui en étaient à la veille de mourir de faim. Au terme d'un procès au correctionnel, il est condamné à 13 mois d'emprisonnement.






Sources :
  • Le Journal de la Vienne, 8 février 1882 ;

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire